Le Tourbillon de la Vie

Mis à jour : 19 sept 2018

Pourquoi se cacher pour pleurer ? A croire que nos maux et douleurs sont tabous.


Le Tourbillon de la Vie

Je me suis beaucoup interrogée avant d'écrire cet article, sur la limite de l'intimité, la pudeur, ce que l'on peut/ doit dire ou non. Égoïstement, il est clair que l'écrire aura un effet thérapeutique. Cependant, cette éternelle question perdure :


Que vont penser les autres ?

- Mes proches, ceux qui me consultent, ceux qui vont me découvrir ainsi...


Le témoignage que je vais vous livrer - m'a appris ceci - Je m'en Fouuuus!!!

Il est temps d'envoyer valser toutes ces peurs qui me brident et limitent depuis tant d’années !

Si… J’ai envie de le faire et que cela n'agresse personne.

Goooooooooooooooo !!!


A quoi bon, porter un masque, et faire semblant de sourire...


La vie est aussi douce que dure,

c'est ce qui en fait la richesse et c’est pour tout le monde pareil !



Je l'ai évoqué brièvement, à travers quelques publications sur la page, ces derniers mois m'ont plongé dans un tourbillon d'émotions.

Tout commence par l'annonce d'une grossesse. Ça pourrait sembler, un heureux début ...

- Si... Cette grossesse n’était pas une Surprise

- Si... Elle n'était pas survenue malgré - un Stérilet en cuivre !!!

- Si... Mon activité professionnelle était stable et non à son commencement.

- Si... etc.


Je n'étais pas du tout dans la dynamique d'accueillir un enfant. Des projets plein la tête, l'envie de croquer la Vie et diffuser des Good Vibes et un énorme besoin de liberté !


Pour la première fois de ma Vie, je pensais à Moi, j'étais en chemin pour me réaliser et entreprendre mes rêves.

Autant dire qu'il n'y avait pas de place pour ce bébé. Et pourtant, la vie en avait décidé autrement...

Mon conjoint était ravi, nous nous aimons et avions déjà évoqué l'idée d'un deuxième enfant.


Cependant, les conditions actuelles n'étaient pas optimales, pourtant nous savions que nous serions en capacité de nous dépasser et mettre en œuvre toutes nos ressources pour faire

« au mieux » !


Malgré tout, j'avais le sentiment que la foudre venait de s’abattre sur moi. Je trouvais la situation totalement injuste.

Je ne cessais de penser aux couples qui souffrent et bataillent chaque jour, dans l'espoir de concevoir ou accueillir un enfant.

Et puis, ce n'était pas comme si nous avions joué avec le hasard.


Non ! Nous avions fait un choix avec une contraception, dans laquelle j'avais confiance. Et là, mon corps et un petit coup du Destin venaient de me trahir !



Cette grossesse venait s'imposer dans notre vie et dans mon corps.

Ce sentiment était terrible, je me sentais violée dans ma chair, freinée dans mes projets, prisonnière de cette maternité, incomprise et jugée par mes proches d'être aussi négative.


Nous avions découvert qu'outre le pourcentage rare de grossesse (intra-utérine) sous stérilet.

Ce qui était encore plus rare, c'était l'impossibilité d'extraire ce stérilet.

Je devrais donc mener cette grossesse avec ce corps étranger.

Il y avait cependant, un risque : à tout moment, mon corps pouvait décider de le rejeter et déclencher une infection qui engendrerait une fausse couche même tardive ou une prématurité.

Tout comme, la possibilité d'une grossesse et accouchement classique était tout à fait viable!


Nous nous sommes donc confrontés à un choix. Il fallait se rendre à l'évidence, il y avait une vraie volonté de la Vie, de nous confronter à cette expérience.

Ce sont donc nos croyances en la Vie et l'Univers, qui nous ont permis de trancher. Malgré les paradoxes qui me rongeaient.

Nous allions Vivre cette expérience, nous allions faire Confiance en la Vie, en nos Capacités à nous dépasser, en ce bébé qui nous avait choisi et bien déterminé à s'incarner.


Certains de mon entourage, en blaguant m'ont demandé, comment - Moi - connectée -

je n'avais pu voir ou pré-sentir cet événement.


Les cartes m'avaient effectivement transmis :

qu'un Cadeau, une Surprise s’annonçait et que cela me demanderait beaucoup d'efforts et bouleversements!


Comme je le répète souvent en séance, il est important de cerner la différence entre


- Ressenti et Interprétation –


Le message était là, en revanche focalisée sur mon activité professionnelle et manquant de neutralité. Je l'ai mal interprété, pensant qu'il s'agissait de mon évolution pro'.


Bien que décidée à expérimenter le Lâcher Prise et la Confiance totale en la Vie.

Je n'en restais pas moins au bout de mes ressources. La situation m'avait anéantie. J'étais submergée d'incompréhension, colère et frustration. Mon naturel joyeux et optimiste avait foutu le camp !

J'ai donc décidé de me faire accompagner par une psychothérapeute. (Il est important de sentir ses limites et se faire aider lorsque cela est nécessaire.)


Au fil des examens, j'appris que mon taux de glycémie était anormalement élevé avec un risque de diabète gestationnelle important.

J'ai donc dû adapter mon alimentation, et mettre en place un régime drastique, ce qui ajouta encore un peu plus de frustration.

La nourriture étant une vraie source de plaisir dans ma Vie, me voir limiter ainsi fut une nouvelle épreuve.


Psychologiquement parlant, j’avançais doucement mais sûrement. Les séances avec ma Psychothérapeute m'aidant à me faire à cette idée de maternité, m'invitant à plus d'indulgence, repos et lâcher prise. J'acceptais progressivement de voir mes plans ralentis et mon corps se transformer.


Le premier trimestre n'est certes pas le plus glamour d'une grossesse, le mien devint petit à petit, une vraie souffrance.

Dès lors que j'ai commencé à perdre du sang, de plus en plus... et à m'affaiblir tout autant.

Nous avons immédiatement craint une fausse couche, sauf qu'à chaque examen, les médecins étaient perplexes.

Cliniquement tout était rassurant, le fœtus se développait correctement.

Sauf ce sang, tout ce sang... qui venait d'on ne sait où...

Pour lequel, on ne pouvait rien faire, ni rien me répondre, car nous étions face à de l'inconnu.

Ce stérilet venait semer le trouble et mon corps luttait. J'ai perdu du sang durant deux mois non-stop. Le corps et surtout le mental n'est pas en capacité de supporter de voir du sang s'écouler pendant aussi longtemps sans plus d'explication.


Nous tentions de nous accrocher coûte que coûte, en notre confiance, en cette foi inébranlable que la vie savait ce qu'elle faisait.


J'ai bien entendu demandé de l'aide spirituellement, demandé des réponses, des signes.

Je n'ai rien ou peu vu...

Je me suis sentie démunie et perdue.

Mes antennes (celles que j'ai mis si longtemps à accepter), me lâchaient, au moment où j'en avais le plus besoin !


Mon entourage s'inquiétait de plus en plus, les douleurs, la peur ne me quittait plus.

Tout comme la colère !



Le premier trimestre s'acheva

avec la 1 ère échographie officielle,

confirmant la bonne santé du bébé.


- Ce sera une fille ! -


La joie commençait enfin à balayer

toutes ces perturbations.



Je commençais à me projeter et visualiser notre future vie à 4.

Les saignements se poursuivirent, encore et toujours.

En revanche, mon travail d'acceptation était fait !

J'allais être de nouveau Maman et je me sentais prête à accueillir cette petite dans la joie.


Cela faisait, 4 mois que notre vie avait pris un tournant.

Et lorsque l'on s'y attendait presque le moins, une infection se déclara :

- la fièvre, les douleurs et encore ce sang... me violenteraient tout ce week-end de pleine Lune.



Aussi étrange que cela puisse paraître aux plus cartésiens, je reçois souvent des messages par l’intermédiaire de la musique. Il est maintenant devenu fréquent que notre radio s'allume subitement, à toute heure, avec toujours une chanson dont les paroles sont assez explicites, en parallèle de ce que nous vivons.

La veille de ma fausse couche, la radio se déclencha vers 3h du matin et les paroles une fois traduites me livreront ce message :

" Il n'y a aucune raison de venir me voir sous la pluie.

Il n'y a aucune raison.

Et la même voix qui me revient comme si tout ralentissait.

Et crois moi - J'étais le seul qui t'as fait savoir.

Pour toi j'aurai été celui qui était désolé après tout. Ce n'est pas facile, il n'y a rien à dire car tout a déjà été dit.

Ce n'est jamais facile.

Quand je regarde dans tes yeux alors je me sens Bien.

Quand je regarde dans tes yeux alors je me sens Mieux.

Quand je regarde dans tes yeux alors je serais Meilleur. "


Le lendemain, j'expulserais la poche fœtale à la maison, finalisant ainsi ma fausse couche.



Avec le recul, à travers ces paroles, je comprends que l'âme de ce bébé est venue me dire au revoir. Cela m'éclaire et conforte aussi sur d'autres perceptions et liens karmique entre elle & moi, dont j'avais déjà conscience.


Aujourd'hui, j'en suis très reconnaissante.

Je ne vous cache pas que les jours qui ont suivis, je n'avais pas ce point de vue.

Il m'a fallu du temps et recul, pour avoir cette analyse.


La Fausse couche - en toute logique, je n'avais pas conscience avant de la vivre, de la violence et le côté presque tabou de cet événement. J'ai eu la chance d'être très entourée et je remercie tout le monde de m'avoir apporté des mots doux et soutenu.

Un grand Merci à Pascale Perli qui m'a chouchouté et beaucoup aidé pour retrouver de l’énergie pendant et après!


Chaque histoire est différente, ma grossesse était particulière, dès ces débuts et apporte aussi une autre teinte à cette expérience.


J'ai découvert que de nombreuses femmes autour de moi avait eu des fausses couches, mais cette souffrance était souvent présente encore des années après, comme si elle l’avait mise sous cloche.

Pourquoi ce silence,comme une honte ou culpabilité de la femme ne n’avoir pu jouer son rôle « de donner la Vie » ?

Pourquoi, se cacher et taire ses maux ?!


Oui,c'est extrêmement violent cette perte dans le corps, que personne ne perçoit à part nous.

L'entourage reprend son quotidien alors que nous (les hormones en chute, n'aidant pas !) faisons le grand huit émotionnel !


Non !La vie ne reprend pas comme avant ! Il y a un deuil, de la situation, de l'enfant qui ne viendra pas, de cette transformation, de cette vie que l'on a commencé à visualiser...

C'est un processus, plus ou moins long, selon les ressources de chacun.

Cet événement laissera forcément des traces. Après c'est à Soi, d'en faire un enseignement porteur pour l'avenir. Il ne s'agit pas de s'enliser dans sa souffrance.


Il est essentiel d'en parler pour se libérer et se faire aider si besoin.


J'ai eu beaucoup de colère en la Vie de m'avoir fait vivre cette expérience, d’autant que cette grossesse m’avait déjà demandé beaucoup de ressources pour l’accepter.

Avoir fait le chemin de l'Acceptation puis du Renoncement fut et reste éprouvant.


Pourtant, je commence déjà à me sentir grandit de tout cela !

Je sais que ce bébé ne sera pas dans la matière mais qu'il reste auprès de moi (et de notre famille).

Cette petite âme, telle une étoile veillera sur nous, et m’insuffle déjà la force pour ne plus douter et me cacher sous mes peurs...



Ce qui m'a semblé un frein, se révélera comme un accélérateur dans mes projets !


Croquer la Vie était un concept aujourd'hui, je suis plus que jamais décidée à en faire ma Réalité !!!


J'ai une soif de Vivre débordante !

Un besoin de Ressentir la Vie en et autour de moi !


Ce témoignage se veut le reflet de mon expérience, il n'a pas vocation à faire peur aux porteuses de stérilet, ni futures mamans, ni blesser celles et ceux qui ont des difficultés dans leur cheminement à la parentalité.


De même que mes croyances, l'interprétation ou symbolisme que j'y vois n'engagent que moi.



Pour accompagner les autres vers leur Bien/ Mieux-être et diffuser de l'énergie positive,

il est important de montrer l'exemple sans occulter les épreuves de Vie que l'on peut traverser.

Au fond, c'est pour cela que j’ai eu l'envie de vous partager mon expérience,

avec la simple intention de livrer de l’Authenticité !


On peut Tomber, se Relever, Douter, Perdre Confiance,

se Battre, Renoncer et y Croire Encore... !


Tout comme les paradoxes sont naturels, il suffit simplement d'en être conscient et si possible les assumer. Peu importe, le chemin nous sommes dans la matière pour Explorer et Vivre.


Alors Oui, parfois c'est aussi se faire Chahuter par le Tourbillon de la Vie, et même plaquer au sol !


  • OUI, j'écoute mes émotions, je prends le temps nécessaire pour les ressentir et les laisser s'exprimer, car je connais l'intensité qu'elles peuvent émettre pour rejaillir de façon inattendue, lorsqu'elles ont été enfouies.

  • NON ! Je n'ai pas honte de les cacher, même les moins nobles.

  • OUI, parfois je pleure, je râle, je suis en colère, je manque de patience, je peux être blessante, voire intolérante.

Oui, être humain(e) c’est être tout cela ! Il est inutile de s'en cacher !



C’est bien souvent après la tempête, que l’on mesure le plus le goût du Bonheur, alors :

- Ne laissez jamais une mauvaise période

vous faire croire que vous avez une mauvaise Vie ! -


Nous sommes incarnés dans la matière pour expérimenter.

L’essentiel reste de : « Faire de son Mieux »

selon son rythme et ses ressources pour préserver son élan Vital.


Je déplore de plus en plus que le Développement personnel ou la Spiritualité entretiennent cette quête de la Connaissance de Soi ultime ou du Bonheur absolu.

Certes c’est une source de motivation pour cheminer mais cela ne doit pas couper

de la Réalité du quotidien et aucune Performance n'est requise!

Nous ne serons jamais parfaits (notre vie non plus), nous ne panserons jamais toutes nos blessures et nos enfants auront toujours des reproches à faire sur notre éducation.


Il me semble que

« le sens de la Vie »c’est de composer avec ses ressources selon les vents et non d’apprendre à Voler !

Sinon nous serions des êtres de Lumières ou Anges ...


La tête dans les Etoiles, OK !

Mais sans oublier - les pieds sur Terre ! -

Voilà ce que je souhaite transmettre !


- Du Macadam au Cosmos -

Coralie - Séquenc'if

325 vues

Transformez votre Quotidien en Séquences Inspirantes...

- Explorez votre Potentiel - 

Crédit Photos Portraits © -  Catherine de Vaucelles

© 2018  by C.Ruest -  Séquenc'if est une marque déposée .